Pourquoi mon cheval transpire-t-il ? Signes et dangers de la sueur du cheval

Un cheval qui transpire est relativement courant, mais peut être dangereux dans certains cas. Il est essentiel que vous gardiez un œil sur votre cheval et reconnaissiez les signes de danger qui peuvent accompagner un cheval qui transpire.

Les chevaux transpirent-ils ? Comme les humains et les autres animaux dotés de glandes sudoripares, les chevaux transpirent pour abaisser leur température corporelle et réduire l’accumulation de chaleur. La transpiration est normale et saine pour les chevaux, mais dans certaines situations, elle peut indiquer un danger ou une maladie. S’il n’y a aucune raison évidente pour laquelle un cheval transpire, comme la température ou l’effort, soyez vigilant et surveillez les autres signes.

Saviez-vous?

La respiration aide un cheval à réguler sa température corporelle dans une certaine mesure. Mais une fois que votre cheval dépasse un certain niveau, il doit transpirer pour stimuler le refroidissement par évaporation. Lorsque cela se produit, l’hypothalamus envoie des signaux pour stimuler la production des glandes sudoripares. L’hypothalamus recueille les informations des récepteurs thermiques de la peau et des organes et régule la température interne du corps.

Lorsque la sueur s’évapore de la peau, elle évacue la chaleur et aide le corps du cheval à récupérer sa température moyenne de 99 à 101 degrés Fahrenheit.

Causes de la sueur du cheval et leurs signes

Il est normal qu’un cheval transpire dans certaines situations. Les températures élevées et l’exercice font que les chevaux surchauffent et transpirent. Mais dans certains cas, la transpiration du cheval peut devenir excessive et dangereuse :

  • Temps chaud : Si la température ambiante est élevée, les chevaux transpireront même s’ils ne font que paître.
  • Pendant l’équitation ou l’exercice : Le mouvement des muscles du cheval génère suffisamment de chaleur pour augmenter la température centrale du cheval jusqu’à 1,8 °F chaque minute. La quantité de transpiration de votre cheval dépend de la météo, de l’état du cheval et de la durée et de l’intensité de la séance d’entraînement. Un cheval inapte qui est monté par temps chaud pendant de longues périodes peut perdre jusqu’à quatre litres de sueur par heure, il est donc essentiel de le garder hydraté.

Dans d’autres cas, un cheval qui transpire peut indiquer des situations dangereuses pour votre cheval :

  • Douleur ou détresse

L’inconfort peut faire transpirer un cheval, et la transpiration est le signe de nombreux problèmes de santé, notamment le syndrome de Cushing, la fourbure, le botulisme et les coliques.

  • Maladie

La grippe équine, la fièvre équine du Potomac, les étranglements et les infections virales peuvent tous faire monter la température d’un cheval. Alors que le corps du cheval lutte pour retrouver sa température normale, il stimule les glandes sudoripares et maximise le flux sanguin vers la peau. Les deux processus sont conçus pour dissiper la chaleur et réduire la fièvre.

La sueur du cheval diffère de la sueur humaine

La sueur humaine est presque entièrement constituée d’eau et ne contient que de petites quantités de sel, de sucre, d’ammoniac et d’urée. D’autre part, la sueur du cheval contient des concentrations beaucoup plus élevées de protéines et d’électrolytes, tels que le calcium, le chlorure, le magnésium, le potassium et le sodium.

La sueur de cheval contient également de la latherine, qui ne se trouve pas dans la sueur humaine. Latherin est une adaptation ingénieuse aux chevaux qui réduit la tension superficielle de l’eau, facilite l’évacuation de l’humidité de la peau et améliore à la fois les processus d’évaporation et de refroidissement.

Les chevaux ont un pelage épais et imperméable qui inhibe le mouvement de la sueur de la peau vers la surface des cheveux, ils ont donc besoin de mousse pour rendre le processus de refroidissement par évaporation plus efficace.

La présence de mousse fait que les chevaux produisent cette sueur blanche et mousseuse souvent vue sur les chevaux de course. Latherin réagit au frottement. Ainsi, il apparaît d’abord là où il y a friction. Il peut se produire entre les pattes arrière du cheval, sous sa queue et là où les rênes reposent contre les côtés de son cou.

  Comprendre CL chez les chèvres : infection, prévention, traitement

Bien que la latherine soit un composant précieux de la sueur du cheval, les niveaux d’électrolytes peuvent être délicats. Les chevaux ont besoin d’électrolytes pour maintenir leur équilibre hydrique normal et leur circulation. Les électrolytes activent également les fonctions nerveuses, maintiennent l’équilibre acido-basique de l’organisme et facilitent les contractions musculaires.

La sueur de cheval est-elle dangereuse pour un cheval ? Une transpiration excessive peut être très dangereuse pour un cheval. Si un cheval perd trop d’électrolytes en raison d’une transpiration excessive, ces carences peuvent entraîner de la fatigue, une perte d’appétit, une léthargie, une faiblesse musculaire et une diminution de la consommation d’eau.

En plus de perdre des électrolytes vitaux, plus un cheval transpire, plus il perd d’eau. Cela conduit à une réduction de la teneur en eau ou en plasma du sang. Ce processus oblige le cœur à travailler plus fort et plus rapidement pour maintenir les niveaux d’oxygène du corps. Cela peut amener les systèmes cardiovasculaire et thermorégulateur à entrer en compétition pour les fluides.

Un cheval qui cesse soudainement de transpirer est en grand danger. Le cheval transpirera moins ou même s’arrêtera complètement stocker les liquides nécessaires pour maintenir un volume et une pression sanguins sains.

Cela provoque souvent une déshydratation, une hyperthermie ou une hypovolémie. L’hypovolémie est une condition où les niveaux de plasma sanguin ou de liquide deviennent trop bas. Ces conditions peuvent être graves et potentiellement mortelles, mais la déshydratation est probablement le plus grand risque.

Les chevaux n’ont pas soif aussi rapidement que les humains, ils sont donc plus sujets à la déshydratation, ce qui, dans les cas graves, peut entraîner de graves problèmes de santé tels que l’insuffisance rénale et les coliques. Faire en sorte qu’un cheval déshydraté boive plus d’eau dès que possible est essentiel.

Comment savoir si votre cheval transpire normalement ou excessivement ?

Le moyen le plus simple de savoir si votre cheval est déshydraté est de pincer un pli de peau sur son cou ou son épaule et de le retirer doucement. Si votre cheval est déshydraté, la peau restera en place une fois qu’elle s’est détachée, car la perte d’eau a réduit l’élasticité de la peau.

Votre cheval peut également être plus léthargique et moins réactif que d’habitude.

Si vous remarquez des signes de déshydratation chez votre cheval, arrêtez immédiatement l’entraînement et amenez-le dans un endroit ombragé avec accès à beaucoup d’eau. Les électrolytes oraux peuvent aider à stabiliser son état, mais si un cheval transpire excessivement et ne veut pas se réhydrater en buvant, vous aurez besoin d’un vétérinaire pour administrer une thérapie par fluide isotonique par voie intraveineuse.

Cette photo montre mon hongre arabe dans son manteau d’hiver après une heure d’exercice modéré. Les températures oscillent entre 20 et 20°C. Ce niveau de sudation indique un cheval dont la thermorégulation fonctionne et qui travaille à une intensité adaptée à sa condition.

Problèmes sous-jacents qui provoquent une transpiration excessive chez les chevaux

Une transpiration excessive peut simplement être un signe que votre cheval a travaillé dur ou qu’il fait chaud et qu’il se trouve dans un champ peu ombragé.

Dans ces circonstances, il est naturel et normal qu’un cheval transpire, mais dans d’autres situations, cela pourrait indiquer un problème sous-jacent ou un problème de santé. Une transpiration excessive ou une transpiration excessive peuvent indiquer un syndrome de Cushing, bien que ce ne soit pas une plainte courante.

Le botulisme et les coliques peuvent provoquer une diaphorèse, mais ils s’accompagnent généralement d’autres symptômes, tels qu’une perte d’appétit, le fait de se gratter le sol ou de s’allonger. La transpiration excessive est également associée à une fourbure sévère. Dans ces cas, les chevaux produisent de la sueur en réponse à la douleur et à la peur.

Comment traiter un cheval qui transpire excessivement

Si vous craignez que votre cheval transpire trop ou à des moments inappropriés, vous devez comprendre ce qui le stimule. Vous pouvez ensuite partager ces informations avec un vétérinaire et trouver une solution au problème.

Votre cheval transpire-t-il en mangeant ou après avoir fini de manger ? La transpiration de votre cheval est-elle associée au temps chaud ou à un entraînement intense ? Votre cheval transpire-t-il principalement la nuit ?

  Comment garder votre cheval en bonne santé sous la pluie

Vous pouvez également prendre la température de votre cheval lorsqu’il transpire pour voir si elle est également élevée. Gardez à l’esprit que la température normale d’un cheval fluctuera, mais ne devrait pas trop s’éloigner de la plage de 99 à 101 degrés Fahrenheit.

Si votre cheval transpire plus que d’habitude sous la selle, mesurez sa fréquence cardiaque après une période d’entraînement intense et de nouveau 10 minutes plus tard. Si sa fréquence cardiaque n’a pas chuté à environ 60 battements par minute, il se peut qu’il ne soit pas assez en forme pour ce niveau d’activité. Ou il pourrait avoir un problème respiratoire, métabolique ou cardiaque.

Faites attention à la cage thoracique de votre cheval. Surveillez sa respiration pour détecter des signes de problèmes respiratoires, tels qu’une respiration superficielle, une respiration irrégulière ou des bruits de crépitement lorsqu’il respire.

Votre vétérinaire saura comment procéder à un diagnostic basé sur ces informations.

Cependant, d’autres facteurs doivent être pris en compte en fonction de ce que la transpiration semble simuler.

Comment gérer un cheval qui transpire la nuit

Si les chevaux transpirent la nuit ou en hiver, cela peut être quelque chose d’aussi simple qu’une écurie mal ventilée ou quelque chose de plus complexe comme la nutrition. Sans un nettoyage adéquat, une écurie peut être un terrain fertile pour l’humidité et votre cheval peut transpirer facilement la nuit, surtout lorsqu’il est couché.

Pour aider un cheval qui transpire la nuit :

Améliorer la ventilation dans l’écurie

Si votre cheval transpire dans sa stalle, regardez autour de vous pour voir s’il y a des fenêtres ou des évents que vous pouvez ouvrir pour permettre à l’air frais de circuler à travers la stalle. Sinon, vous voudrez peut-être envisager de déplacer votre cheval dans une écurie avec une meilleure ventilation ou de rénover son écurie existante pour rectifier la situation.

Changez la litière de votre cheval.

Nettoyez quotidiennement votre box pour chevaux en veillant à retirer toute litière humide ou sale. Un système de litière profonde est idéal pour l’hiver. C’est parce qu’il garde votre cheval au chaud. Et pendant les chauds mois d’été, un lit de copeaux de bois épais aidera à l’isoler de la chaleur du sol.

Ajustez votre horaire d’alimentation

Nourrir votre cheval avec un repas riche en amidon ou en sucre en fin de journée peut contribuer à la transpiration nocturne. Ainsi, un simple changement de régime alimentaire ou de régime alimentaire peut résoudre le problème rapidement.

Comment refroidir rapidement un cheval après l’exercice

Il est normal qu’un cheval transpire pendant l’exercice ou par une journée chaude, mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas l’aider. Par exemple, les chevaux d’endurance ont besoin de se refroidir rapidement, de sorte que leur fréquence cardiaque chute aux 60 BPM requis dans les 20 minutes suivant la fin de chaque étape de la course. En conséquence, les cavaliers d’endurance et leurs palefreniers utilisent diverses méthodes pour refroidir rapidement leurs chevaux.

Selon la Fédération équestre internationale (FEI), appliquer de grandes quantités d’eau froide sur toutes les parties du corps de votre cheval est l’une des meilleures méthodes pour faire baisser rapidement sa température.

Vous n’avez pas besoin de vous concentrer sur les gros vaisseaux sanguins, car le refroidissement par évaporation fonctionne en refroidissant le sang dans les petits vaisseaux sanguins de la peau, et non dans les gros du cou ou entre les jambes.

À la fin de chaque étape d’une balade, on peut souvent voir des palefreniers asperger frénétiquement les chevaux d’eau et les gratter. Ils le font parce qu’ils croient que l’eau laissée sur le cheval réchauffe et isole le cheval, augmentant sa température corporelle et contrecarrant l’effet de refroidissement.

Dr. David Marlin a réfuté cette théorie en menant un exercice d’imagerie thermique. Selon lui, le grattage est une perte de temps et d’énergie. Il déclare que vous pouvez refroidir votre cheval plus rapidement en appliquant plus d’eau froide qu’en grattant.

  Guide complet pour élever des paons, partie 2 : soins, alimentation, logement et santé

En plus de rafraîchir votre cheval avec de l’eau froide, vous devez l’encourager à marcher. Cela favorise la circulation sanguine dans la peau. Il aide à refroidir le corps par convection. Au fur et à mesure que le cheval se déplace, le mouvement de l’air autour de lui facilite également l’évaporation, ce qui fait chuter plus rapidement sa température corporelle.

Des recherches sur diverses techniques de refroidissement ont montré que doucher continuellement votre cheval avec de l’eau du robinet (moyenne de 78 ° F) est plus efficace que d’appliquer de l’eau froide (50 ° F) par intermittence et de gratter entre les utilisations.

Un cheval chaud se refroidit plus rapidement s’il a accès à suffisamment d’eau potable, tandis que vous neutralisez les effets de la transpiration excessive avec l’administration d’électrolytes.

Plus inquiétant qu’un cheval qui transpire trop, c’est un cheval qui ne peut pas transpirer du tout.

La mousse s’accumule dans les plis et les zones où la transpiration a plus de mal à s’écouler.

Comment faire face à un cheval qui ne peut pas transpirer : faire face à l’anhidrose

L’anhidrose est une affection relativement courante chez les chevaux, affectant entre 6 et 11 % de la population équine mondiale.

Étant donné que les chevaux atteints d’anhidrose ne peuvent pas se refroidir par la production de sueur, ils halèteront pour abaisser leur température corporelle. Bien que le mouvement de l’air frais dans ses voies respiratoires aide dans une certaine mesure, ce n’est pas une méthode efficace de thermorégulation. En conséquence, la température corporelle du cheval peut atteindre 102°F même au repos.

Toute tentative d’entraînement d’un tel cheval entraînera une augmentation supplémentaire de sa température corporelle. Cela expose le cheval à des risques de crampes de chaleur, d’insolation ou même de lésions cérébrales.

L’anhidrose est une maladie dangereuse et potentiellement mortelle pour laquelle il n’existe aucun remède connu. Au fil du temps, un cheval souffrant d’anhidrose idiopathique chronique développera des lésions de ses glandes sudoripares. Cela rend la maladie difficile à inverser et encore plus difficile à traiter.

Au fil des ans, les propriétaires de chevaux atteints d’anhidrose ont tout essayé, des canettes de Guinness aux suppléments nutritionnels et aux électrolytes, mais avec peu de succès. Certaines preuves suggèrent que les vitamines et les souches de levure des bières brunes soutiennent les voies métaboliques et les encouragent à fonctionner correctement. Mais lorsqu’ils sont jugés de manière critique, ils semblent faire peu pour améliorer l’anhidrose.

L’acupression et l’acupuncture peuvent de la même manière stimuler les glandes sudoripares et réduire les symptômes de l’anhidrose, mais les effets sont généralement de courte durée.

Un supplément appelé One AC s’est avéré plus efficace dans le traitement de l’anhidrose. Certains vétérinaires ont rapporté un taux de réussite de 30 à 70 %. Le supplément, que des chercheurs de l’Université de Floride ont largement testé, contient du cobalt, de la L-tyrosine, de la niacine et de la vitamine C.

Le biochimiste Raymond LeRoy a conçu One AC. Il croit que l’épuisement de la dopamine dans le cerveau est responsable de l’anhidrose. Le supplément fournit aux chevaux les matériaux nécessaires pour compenser cet épuisement.

Conclusion

Bien que la transpiration soit une réponse naturelle à un exercice intense et à un temps chaud, une transpiration excessive peut causer des problèmes car le cheval perd des fluides et des électrolytes essentiels au cours du processus. Un cheval qui ne peut pas transpirer du tout court un danger encore plus grand et il n’existe pas encore de remède connu contre l’anhidrose.

Vérifier régulièrement la température et la fréquence cardiaque de votre cheval, surveiller sa respiration et le rafraîchir avec de l’eau froide après un exercice par une journée chaude peut aider à s’assurer qu’il transpire normalement et qu’il ne risque pas de coup de chaleur ou de déshydratation.

Les références

Anhidrose : quand votre cheval arrête de transpirer

L’anhidrose et votre cheval : gestion des symptômes

https://www.equestrian.org.au/news/effective-horse-cooling-recommended-fei

Refroidissement et grattage et effet sur la température de surface d’un cheval

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0737080620302215