Peut-on manger des panais sauvages ?

Les racines des panais sauvages sont parfaitement comestibles, tout comme celles que vous achèteriez dans un magasin. Beaucoup de gens croient à tort qu’ils sont toxiques, mais c’est parce que les feuilles de panais sauvages contiennent un produit chimique appelé furanocoumarines, qui, lorsqu’il est activé par la lumière du soleil, peut provoquer de graves brûlures cutanées localisées. Vous ne voudriez certainement pas récolter des panais sauvages à mains nues, mais avec quelques précautions, ils peuvent être un légume-racine précieux pour la recherche de nourriture.

Comment identifier les panais sauvages ?

Comment identifier les panais sauvages

Le panais est l’un de mes légumes-racines préférés. Lorsqu’ils sont précuits puis rôtis, j’aime bien leur goût sucré et leur extérieur caramélisé croustillant.

Avertir! – Vous vous attendriez donc à ce que je me précipite pour récolter cette plante répandue lorsque je butine, eh bien je le serais s’il n’y avait pas quelques inconvénients clés que nous aborderons plus en détail plus tard.

Pour l’instant, je tiens à souligner fortement que même si je peux identifier un panais sauvage et que je ferai de mon mieux pour que vous fassiez de même, je ne peux pas garantir que vous le ferez correctement. Donc, pour votre propre sécurité, vous devez jamais mangez n’importe quelle plante que vous ne pouvez pas identifier à 100 %.

D’autres membres de la même famille que le panais sauvage sont si mortels qu’une petite bouchée suffit à vous tuer, et il n’y a pas d’anti-toxine.

Les panais sauvages ne sont pas si difficiles à identifier une fois que vous savez exactement ce que vous recherchez.

  • Hauteur – Lorsque la plante est complètement développée, elle peut atteindre une hauteur d’un mètre et demi.
  • Tiges – Les tiges sont cannelées, glabres et creuses. Il s’agit d’un élément distinctif important.
  • A feuilleter – Les feuilles ressemblent beaucoup à un gros plant de céleri. Ils sont jaune-vert vif avec trois à cinq folioles émergeant de chaque côté du pétiole principal. Les bords ont une forme grossièrement dentelée.
  • Fleurs – Celles-ci sont jaune foncé et formées en grappes formant une gerbe à sommet plat. Cela peut être de trois à huit pouces de large. Les panais sauvages fleurissent généralement au cours de leur deuxième année, de mai ou juin à juillet ou août.
  • Graines – Lorsque les fleurs meurent et mûrissent en graines à la fin de l’été, elles brunissent et ont de petites ailes qui les rendent faciles à disperser par le vent.
  • résidence – Le panais sauvage est une plante bisannuelle vigoureuse qui peut prospérer dans une grande variété d’habitats différents. Il est répandu dans les États du nord-est et du centre-ouest. Elle est considérée comme une plante envahissante, car elle se propage facilement à travers ses graines.
  • Patterne de croissance – La première année, le panais sauvage forme une rosette de feuilles ras du sol. La deuxième ou la troisième année, la rosette développe un épi floral.
  Combien de temps faut-il pour que le coton pousse ?

Seule la racine pivotante (longue racine qui pénètre profondément dans le sol sous la plante) est comestible. La tige et les feuilles sont toxiques.

Vous pouvez voir comment identifier les panais sauvages et comment les Amérindiens les utilisent dans cette vidéo :

Quelles plantes ressemblent aux panais sauvages?

Il existe d’autres plantes qui peuvent ressembler à des panais sauvages. Ils contiennent:

  • Jeunes sureaux
  • Aneth
  • Tanaisie
  • Alexandre d’or
  • Carotte sauvage
  • Hemlock – Souvent mortel si mangé!
  • Pruche d’eau – Souvent mortelle si elle est mangée !
  1. Jeunes sureaux ont un motif de feuille similaire à celui du panais sauvage, ce qui facilite la confusion entre les deux.
  1. Aneth est une autre plante souvent confondue avec le panais sauvage car la hauteur et la fleur sont similaires. Les feuilles de anethcependant, ils ne le sont pas.
  1. Tanaisie les fleurs sont jaunes comme les panais sauvages, mais ils poussent en grappes de boules parfaitement arrondies, et les feuilles ont un aspect plumeux, contrairement aux panais sauvages.
  1. Alexandre d’or peut être assez difficile à distinguer des panais sauvages. Les feuilles sont assez semblables, bien que les Alexandre d’or sont plus lisses avec de fines dentelures, tandis que le panais sauvage a des feuilles profondément dentelées. Les fleurs des deux plantes ont un aspect étoilé. Les fleurs du panais sauvage forment une grappe plate, tandis que celles de l’alexandre doré sont plus lâches et la grappe est inégale et légèrement arquée.
  1. Carotte sauvageaussi connu sous le nom Du côté de la reine Anneest de la même famille que le panais sauvage, de Apiacées famille. Le motif des feuilles est similaire à celui du panais sauvage, seulement ils sont plus petits, plus délicats et la plante est beaucoup plus courte, seulement deux à trois pieds de hauteur. Les fleurs de la carotte sauvage sont blanches ou blanc mauve avec une forme en grappe plate et un point proéminent de couleur noire ou foncée au centre.
  1. Ciguë, ou Pruche empoisonnée comme on l’appelle aussi, en fait aussi partie Apiacées famille comme les carottes et les panais. La principale différence est qu’il est toxique, y compris les racines. Les feuilles ressemblent en apparence au persil feuille ou à la carotte sauvage, et il peut être très facile de confondre la pruche avec elles. Les feuilles du panais sauvage sont plus grandes et plus larges, avec des dentelures plus définies.
  1. Pruche d’eau est l’une des plantes les plus toxiques connues de l’homme. Il est généralement mortel pour quiconque en mange une partie. Il pousse à environ 8 pieds de haut dans les prairies humides ou près des rivières ou des lacs et fleurit au printemps et en été. Les fleurs sont blanches et poussent en grappes composées de nombreuses petites fleurs blanches individuelles à cinq pétales sur une longue tige. Les grappes sont appelées umbles. Les feuilles de la ciguë d’eau sont de grandes feuilles composées doubles ou triples, très similaires aux jeunes plantes plus âgées. Comme le panais sauvage, ils ont des dents grossières et une tige creuse charnue.
  Tout ce que vous devez savoir sur la culture sans pesticides

Avant de chercher une plante sauvage semblable à celle-ci, il est essentiel d’avoir un très bon guide (ou deux ou trois) avec des photos claires de toutes les parties de la plante afin de pouvoir les identifier correctement. Une erreur peut être fatale !

Comment faire la différence entre l’aneth et le panais sauvage ?

Il est élémentaire de faire la différence entre l’aneth et le panais sauvage. Surtout en regardant les feuilles. Les feuilles d’aneth sont très fines, délicates et pennées, et bien que les fleurs puissent avoir certaines similitudes, étant toutes deux jaunes et poussant en grappes, les feuilles vous permettront bientôt de distinguer les deux.

L’aneth a également un puissant arôme d’anis, que vous pouvez souvent sentir sans même toucher la plante.

Les feuilles de panais sauvage sont deux fois plus longues que l’aneth avec des dents larges, larges et profondes sur leurs bords.

Comme le panais sauvage, l’aneth a été introduit aux États-Unis, mais contrairement au panais sauvage, il n’est pas envahissant. C’est un aliment de prédilection pour les chenilles du machaon qui semblent l’adorer.

Quand faut-il récolter le panais sauvage ?

Avant de commencer à récolter le panais sauvage, rappelez-vous que les feuilles de la plante peuvent provoquer une réaction cutanée très désagréable pouvant entraîner des brûlures et de grosses cloques douloureuses.

Pour éviter cela, assurez-vous de porter un équipement de protection qui empêche la sève de toucher votre peau.

  • Tous les panais ont été récoltés à la fin de leur première saison de croissance. C’est lorsque la racine pivotante est entièrement dans le sol, mais n’a pas encore dépensé toute son énergie pour produire un épi de fleur.
  • Lorsque le panais a fini de fleurir, il est trop vieux pour être récolté. Ce qui peut être utile, cependant, est de les identifier lorsqu’ils sont en fleurs, puis de revenir au même endroit l’année suivante pour récolter les plants nouvellement semés.
  • Vous ne voulez pas récolter vos panais tant qu’il n’y a pas eu de fortes gelées. La raison en est que le le gel rehausse la saveur des panais, les rendant plus sucrés.
  • Une fois que vous avez identifié vos feuilles de panais et enfilé votre équipement de protection, creusez simplement autour de la base des feuilles avec une fourche de jardin ou, si le sol n’est pas trop dur, une truelle ou une fourche à main, en faisant attention de ne pas empaler le panais.
  • Desserrez le sol tout autour de la base, saisissez les feuilles avec des mains gantées, retirez-les doucement du sol et nettoyez-les.
  • Il est sage à ce stade de couper les feuilles avec un couteau bien aiguisé ou un sécateur. Assurez-vous de les jeter en toute sécurité afin que personne d’autre ne puisse les toucher et se blesser.
  Comment utiliser un chargeur frontal : ce que vous devez savoir

Vos racines récoltées peuvent être rôties, bouillies, grillées, cuites au four ou ajoutées à des ragoûts et des soupes. Ils sont délicieux accompagnés d’herbes comme le romarin et le thym ou habillés de miel et de moutarde.

Le panais est consommé depuis des milliers d’années dans de nombreuses régions du monde et était même utilisé comme édulcorant en Europe avant que le sucre ne soit disponible.

Que faites-vous si vous tombez sur des panais sauvages ?

Voudriez-vous rencontrer des panais sauvages Assurez-vous de vous tenir, ainsi que vos enfants et vos animaux domestiques, à l’écart de la plante lorsque vous vous promenez. Le furanocoumarines dans la sève de la plante peut provoquer de graves cloques et des brûlures chimiques sur la peau nue.

Un simple brossage contre la plante suffit à libérer la sève. Une fois que la lumière du soleil l’active, les brûlures et les cloques apparaissent dans les 24 à 48 heures suivant le contact.

La réaction cutanée est appelée phytophotodermatite et peut rendre la peau sensible au soleil pendant des années.

Le panais sauvage est-il sans danger ?

A condition d’avoir :

  • Identifiez correctement la plante que vous récoltez comme panais sauvage
  • Protégez votre peau du contact avec la sève de la plante en portant des matériaux synthétiques résistants à l’eau sur vos bras, des gants imperméables résistants et une protection oculaire
  • Éloignez les enfants et les animaux domestiques
  • Récolté les bons outils pour récolter le panais sauvage
  • Les panais nettoyés et bien cuits

Ensuite, les panais sauvages peuvent être consommés en toute sécurité.

Les feuilles et les fleurs de panais sauvage ne sont jamais sûres au toucher avec la peau nue. Si vous touchez accidentellement les feuilles ou les fleurs, lavez généreusement la zone avec de l’eau et du savon et gardez-la couverte et à l’abri de la lumière du soleil pendant au moins 48 heures.

Consultez votre médecin si une réaction se produit.

Conclusion

Le panais sauvage est délicieux et nutritif et est un excellent légume d’hiver qui ajoute de la douceur et du piquant à de nombreux plats.

Assurez-vous toujours de bien faire vos devoirs lorsque vous récoltez une plante sauvage, et rappelez-vous que certaines ne vous rendent pas seulement malade, elles peuvent aussi vous tuer rapidement. Il ne faut que trois heures après l’ingestion pour mourir après avoir mangé de l’eau de pruche.

Soyez également prudent avec les plantes sauvages, car le jus et les cheveux des autres, pas seulement les panais sauvages, peuvent également provoquer des réactions allergiques, des cloques et des brûlures.

Une fois que vous êtes sûr d’identifier les plantes sauvages, il peut être très satisfaisant de commencer à les collectionner et à profiter de leurs saveurs dans votre cuisine.

Vous cherchez plus de conseils de recherche de nourriture ? Voici notre guide des feuilles de vigne sauvages.