Comprendre la résistance à l’insuline équine et les symptômes du diabète

Tous les propriétaires de chevaux veulent le meilleur pour leurs compagnons équins. Malheureusement, de nombreux régimes de gestion modernes sont si éloignés du comportement naturel d’un cheval qu’ils font plus de mal que de bien.

L’obésité est de plus en plus fréquente car les chevaux en écurie ne font pas assez d’exercice et consomment des aliments qui contiennent plus d’amidon et de sucre qu’ils n’en digéreraient naturellement.

Tout cheval qui porte trop de poids est sujet à plusieurs problèmes chroniques, notamment la fourbure, le syndrome métabolique équin et la résistance à l’insuline.

Qu’est-ce qui cause la résistance à l’insuline ? L’obésité est la principale cause de résistance à l’insuline chez les chevaux, bien que l’âge, la race et le régime alimentaire puissent également contribuer au problème. Les chevaux souffrant du syndrome métabolique équin ou d’un dysfonctionnement hypophysaire pars intermédiaire sont également à risque de développer une résistance à l’insuline.

Nous avons discuté de certains des défis nutritionnels auxquels les propriétaires de chevaux sont confrontés dans notre article sur la gestion d’un gros cheval.

Statistiques indiquent qu’environ la moitié des chevaux aux États-Unis sont en surpoids et qu’environ 19 % d’entre eux sont obèses. Avec environ 3,8 millions de chevaux aux États-Unis, cela signifie qu’environ 2 millions risquent de développer une résistance à l’insuline.

Définir et identifier la résistance à l’insuline chez les chevaux

La résistance à l’insuline est une condition qui empêche les tissus du corps de répondre à l’insuline. L’insuline contrôle la façon dont le corps métabolise le sucre. Il envoie des instructions aux tissus pour absorber le glucose de la circulation sanguine. Il stimule également les tissus pour convertir ce glucose en énergie.

Ces instructions ne parviennent plus à un cheval présentant une résistance à l’insuline. Le glucose n’est pas absorbé par la circulation sanguine, mais y reste, ce qui fait monter en flèche la glycémie. La réponse du corps est de produire plus d’insuline pour que les tissus répondent à ses instructions. Cette augmentation de l’insuline peut provoquer une hyperinsulinémie clinique, qui à son tour conduit à une fourbure.

Le cheval insulinorésistant : signes et symptômes

Tous les chevaux résistants à l’insuline ne présentent pas les mêmes symptômes, mais vous devez surveiller les premiers signes suivants :

  • Gain de poids excessif ou anormal
  • Dépôts de graisse anormaux sur la couronne, la croupe et au-dessus de l’œil
  • Perte de tonus musculaire
  • Miction accrue ou excessive et consommation d’eau
  • Ventre gonflé
  • Sensible aux coliques et aux fourbures

Un test sanguin est le meilleur moyen d’obtenir un diagnostic définitif.

Facteurs de risque importants associés à la résistance à l’insuline chez les chevaux

Nous n’avons pas encore identifié les causes exactes de la résistance à l’insuline, mais on pense que les facteurs suivants influencent son développement.

L’obésité est la première cause de résistance à l’insuline

L’obésité est fortement associée à la résistance à l’insuline car une accumulation excessive de graisse a un effet destructeur sur le métabolisme du glucose. Lorsque la graisse s’accumule dans les tissus d’un muscle squelettique, elle a également un effet toxique sur les cellules du corps et leur capacité à répondre à l’insuline.

Cette condition, connue sous le nom de lipotoxicité, est un facteur de risque majeur de résistance à l’insuline car elle altère le fonctionnement de nombreuses voies métaboliques.

La graisse peut également convertir la cortisone inactive en cortisol actif. Cette hormone stéroïde augmente le glucose dans le sang et stimule la production d’insuline. TOIUtilisez le système de notation de l’état corporel pour déterminer si votre cheval est en surpoids.

L’âge est un facteur chez les chevaux résistants à l’insuline

La résistance à l’insuline est associée au syndrome métabolique équin (EMS) et au dysfonctionnement hypophysaire de la pars intermédiaire (maladie de Cushing équine). Les chevaux plus âgés de plus de 20 ans sont susceptibles de développer les deux conditions. Ils sont donc plus sujets à la résistance à l’insuline.

  10 meilleures races de poulet pour animaux de compagnie : Calme, câlin, adapté aux enfants

Certaines races sont plus sujettes à la résistance à l’insuline

Un cheval qui semble rester gros uniquement dans les airs est connu comme un bon ou facile à faire. Ceux-ci peuvent être une aubaine lorsque la nourriture (ou l’argent) est rare, mais ils sont également plus sujets à l’obésité et aux problèmes de santé qui y sont associés.

Études suggèrent que ces races sont naturellement moins sensibles à l’insuline. Les races, qui comprennent les Arabes, les Andalous et les poneys, sont généralement des races indigènes qui proviennent d’environnements difficiles. Ces races ont utilisé la régulation de l’insuline pour s’adapter à ces conditions et faire face aux périodes de pénurie alimentaire.

Vous êtes ce que vous mangez : le lien entre RI et alimentation

La recherche associe la résistance à l’insuline et l’obésité à des régimes alimentaires riches en énergie et à un exercice ou à un exercice limité.

Une étude ont étudié la relation entre les changements alimentaires et la sensibilité à l’insuline chez les chevaux Standardbred. Les résultats montrent qu’une alimentation riche en sucre et en amidon augmente la sensibilité à l’insuline et la tolérance au glucose. En revanche, un régime pauvre en glucides non structuraux et riche en graisses et en fibres n’a produit aucun changement dans la sensibilité à l’insuline.

Trois facteurs moins courants qui affectent les niveaux d’insuline

#1 Résistance à l’insuline liée au stress

En cas de stress ou de maladie grave, un cheval libère certaines hormones, dont le cortisol et l’épinéphrine, qui stimulent toutes deux la production et la libération d’insuline.

#2 Diabète gestationnel

Les niveaux de progestérone peuvent inhiber la sensibilité à l’insuline chez les juments avec cette condition.

#3 Tranquillisants pour chevaux

Deux tranquillisants populaires pour les chevaux, Xylazine et détomidinediminuent la capacité de libération du pancréas, abaissant rapidement l’insuline sanguine et augmentant la glycémie.

Le meilleur régime de traitement pour un cheval résistant à l’insuline

Une bonne gestion du poids et un programme d’exercices peuvent prévenir et aider à traiter la résistance à l’insuline. Cela s’est avéré très efficace pour ma jument après qu’elle ait pris du poids.

L’exercice régulier peut augmenter la sensibilité à l’insuline d’un cheval (la façon dont un cheval réagit à l’insuline), que ce cheval soit obèse ou ait un indice d’état corporel modéré à modérément costaud.

La quantité de mouvement est difficile à déterminer. Une étude suggère que sept jours d’entraînement léger continu peuvent augmenter la sensibilité à l’insuline d’un cheval obèse jusqu’à 60 %. Un autremenée par des chercheurs de l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas, n’a trouvé aucune augmentation de la sensibilité à l’insuline après 18 semaines d’entraînement.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires, mais en attendant, une bonne règle de base consiste à commencer à entraîner votre résistance à l’insuline pendant 20 à 30 minutes deux à trois fois par semaine. Commencez par marcher et trotter, ou monter à cheval si possible, et augmentez progressivement la durée et l’intensité de l’exercice au cours des prochaines semaines.

Un vétérinaire peut prescrire un médicament connu sous le nom de lévothyroxine aux chevaux diagnostiqués avec EMS car il réduit les symptômes de l’IR et de la fourbure tout en accélérant la perte de poids.

Comment nourrir un cheval insulinorésistant ?

L’alimentation est l’aspect le plus critique de votre régime de traitement et le plus complexe. Les théories des meilleures pratiques varient considérablement, ce qui rend difficile l’établissement d’un protocole fiable. Certains experts recommandent de limiter la consommation quotidienne de foin de votre cheval, tandis que d’autres soutiennent que la restriction de la recherche de nourriture augmente la résistance à l’insuline.

  Les vaches sont-elles végétariennes ? Guide des besoins nutritionnels de la vache

Selon Juliet Getty, nutritionniste équine de renommée internationale, restreindre l’accès d’un cheval au fourrage va à l’encontre de son comportement naturel. Dans la nature, les chevaux passent entre 15h et 17h la recherche de nourriture et le pâturage.

Un cheval résistant à l’insuline nourri chaque jour avec seulement 1,5 % de son poids corporel en foin passera donc une grande partie de son temps à s’ennuyer, à être frustré et stressé. Il ne comprend pas que ce régime est pour son propre bien. En fait, il se prépare déjà mentalement à une famine, ce qui signifie qu’il doit produire des hormones qui l’aident à conserver sa graisse corporelle.

Au lieu de l’aider à vaincre sa résistance à l’insuline, cette approche l’exacerbe donc.

Getty soutient que donner à un cheval un accès gratuit à du « foin à faible teneur en NSC » tout en traitant de manière agressive son inflammation hypothalamique est un moyen beaucoup plus efficace de traiter l’IR.

Un intrigant étude, publié en 2014, a prouvé la valeur de cette approche. Dans l’étude, les chercheurs ont soumis 14 chevaux obèses atteints de fourbure à un régime de foin d’herbe des Bermudes à choix libre. Ils ont retiré tout autre fourrage de l’alimentation des chevaux et limité leur pâturage.

Les 14 chevaux ont commencé avec un score médian de condition physique de 8,5. Vingt semaines plus tard, cette médiane était tombée à 5. En d’autres termes, ils ont perdu tout leur excès de poids en seulement cinq mois.

Le meilleur régime de foin et d’alimentation pour le cheval résistant à l’insuline

Le sucre et l’amidon exacerbent la résistance à l’insuline, de sorte que les chevaux atteints de cette maladie ont besoin d’un foin pauvre en glucides non structuraux. Le foin idéal ne doit pas contenir plus de 12 % de NSK, mais ce n’est pas toujours facile à trouver. Le foin de légumineuses a généralement une teneur en NSC plus faible (moyenne de 11 %) que le foin de graminées, qui se situe en moyenne autour de 13 %. Cependant, la seule façon de connaître le niveau exact de NSC est de faire tester le foin.

Si vous n’êtes pas en mesure de le faire, recherchez des graminées de saison chaude comme l’herbe des Bermudes ou de Bahia, qui ont tendance à avoir des valeurs NSC inférieures à celles des graminées de saison froide comme le foin Timothy et le dactyle pelotonné.

Tremper ou cuire à la vapeur votre foin avant de le nourrir aidera également à réduire les niveaux de NSC. Recherche indique que le trempage élimine les sucres, les glucides hydrosolubles et certains amidons. un étude Des chercheurs de l’Université du Minnesota ont découvert que le trempage du foin pendant 30 minutes dans de l’eau tiède ou 60 minutes dans de l’eau froide peut réduire la teneur en glucides hydrosolubles d’environ 27 %.

Malheureusement, le trempage du foin élimine également de nombreux minéraux bénéfiques et le rend plus sensible à la croissance bactérienne.

La cuisson à la vapeur n’est pas aussi efficace pour réduire le NSC, mais empêche la perte de minéraux. La recherche suggère qu’il améliore également la biodisponibilité de ces minéraux essentiels à la santé des griffes.

Malheureusement, vous avez besoin d’un spécialiste vapeur de foin pour mener à bien ce processus efficacement, et ils ne sont pas bon marché !

Une fois que vous êtes sûr que votre foin a une teneur en NSC appropriée, offrez-le à votre cheval en petits tas dans de nombreux endroits différents. L’étendre de cette manière l’encourage à faire de l’exercice tout en se nourrissant et encourage son comportement naturel de recherche de nourriture.

  5 façons de prolonger la durée de vie de vos porcs

Nourrir les pieds du cheval résistant à l’insuline

L’un des principaux problèmes de résistance à l’insuline est le risque accru de fourbure chez le cheval. Étant donné que la nutrition est la clé du soin des sabots, le cheval IR a besoin d’une alimentation équilibrée qui contient tous les nutriments dont il a besoin pour une croissance saine des sabots. Ceux-ci inclus:

  • Calcium – renforce le sabot en favorisant la cohésion des cellules qui relient les différentes protéines du sabot.
  • Cuivre – favorise la santé du tissu conjonctif et soutient la santé du sabot en soutenant la synthèse de la kératine, qui est essentielle à l’intégrité structurelle du sabot.
  • Iode – cet oligo-élément aide à prévenir la maladie de la ligne blanche et la pourriture des pieds
  • Lysine – est nécessaire pour produire de la kératine et augmente la disponibilité des protéines
  • Phosphore – le cheval a besoin d’un rapport calcium/phosphore de 2:1. Trop de phosphore empêche l’absorption du calcium, tandis que trop peu peut entraîner une perte de densité osseuse.
  • Zinc – fonctionne avec le cuivre pour soutenir la synthèse de la kératine.
Le cheval insulinorésistant a besoin d’une alimentation équilibrée

Aliments qui aident à réduire l’inflammation chez le cheval IR

Éliminer le stress de la vie de votre cheval est la première étape du traitement de la résistance à l’insuline. Mais, comme le souligne Getty, le cheval aura encore du mal à cause de « l’inflammation hypothalamique résiduelle.” L’état de votre cheval ne s’améliorera que si vous traitez cette inflammation. Vous pouvez le faire en supprimant le sucre et les amidons de son alimentation et en introduisant des herbes anti-inflammatoires, des antioxydants et le bon équilibre des acides gras oméga.

Un prébiotique de bonne qualité aidera à augmenter l’absorption des nutriments et à stimuler la fonction du côlon. Votre cheval utilise son gros intestin pour digérer les fibres et les convertir en énergie. Il renforce également son système immunitaire, il est donc essentiel à son rétablissement.

Les probiotiques peuvent être tout aussi bénéfiques pour les chevaux qui ne broutent pas, car ils remplacent les microbes et les minéraux que le cheval obtiendrait normalement du sol.

Les conséquences de la résistance à l’insuline chez le cheval

L’effet secondaire le plus dévastateur de la résistance à l’insuline est la fourbure. Si elle n’est pas traitée, cela peut causer une douleur si débilitante que le cheval doit être euthanasié.

D’autres conséquences sont moins claires, dit Nicolas Franck, professeur à la Cummings School of Veterinary Medicine de l’Université Tufts. Bien que, dit-il, l’obésité associée à l’IR puisse provoquer des tumeurs graisseuses, une usure des os et des articulations et éventuellement des problèmes de reproduction.

Génétique et futurs traitements de la résistance à l’insuline

En identifiant les gènes associés à la résistance à l’insuline, les chercheurs pensent qu’ils peuvent « l’extraire de certaines lignées de chevaux ». D’autres espèrent bloquer les hormones qui stimulent la surproduction d’insuline et traiter la maladie de cette façon.

Pendant ce temps, un groupe de chercheurs dirigé par Andrew van Eps, professeur agrégé de recherche musculo-squelettique équine à l’École de médecine vétérinaire de l’Université de Pennsylvanie, étudie un médicament qui interrompt les effets indésirables de l’insuline sur les sabots du cheval.

Conclusion

La résistance à l’insuline est relativement courante chez les chevaux en surpoids. C’est une maladie grave qui provoque une inflammation de l’hypothalamus et augmente le risque de fourbure. Avec le bon plan de traitement et de nutrition, les chevaux résistants à l’insuline peuvent récupérer complètement et rester en bonne santé pour le reste de leur vie.